Maestri e allievi in festa al Centre de Danse du Marais per la serata conclusiva di Les Nuits Blanches.

Il 9 luglio si è chiusa la stagione 2010-2011 di Les Nuits Blanches presso il Centre de Danse du Marais (Paris). Quest’annata, ricca come la precedente di apporti internazionali, intitolata Maîtres italiens et français de danse classique aux sources de l’école moderne è stata idealmente dedicata al Risorgimento italiano evocato con l’esecuzione dal vivo di musiche patriottiche italiane dell’Ottocento, alcune delle quali suggerite da Il Teatro della Memoria.
L’Accademia Nazionale di Danza, diretta da Margherita Parrilla, ha partecipato attivamente a entrambe le stagioni delle Nuits Blanches du Centre de danse du Marais. In particolare la Prof.ssa Francesca Falcone, autrice di vari articoli per i programmi di sala che hanno accompagnato le Notti Bianche è stata presente alla serata in omaggio di Enrico Cecchetti, accompagnando gli allievi Giacomo Luci e Lucrezia Serafini, e alla serata dedicata a Vestris e al suo discepolo Bournonville, ove ha presentato gli allievi Diego Mulone e Ludovica Serafini, preparati dalla Prof.ssa Dora De Panfilis, docente di Tecnica Accademica presso l’Accademia Nazionale di Danza.Le Nuits Blanches si sono anche avvalse della consulenza della Prof.ssa Flavia Pappacena e di un articolo della Prof.ssa Claudia Celi dedicato al balletto italiano nel Risorgimento.
Questa la recensione di Cécile Coutin (Conservateur en chef – Département des Arts du Spectacle – Bibliothèque nationale de France) della serata conclusiva:
Dernière Nuit Blanche du Centre de danse du Marais
Paris, Centre de Danse du Marais, samedi 9 juillet 2011. La dernière Nuit Blanche de la Danse de la saison 2010-2011, intitulée «La Classe d’Auguste Vestris en 1820 vue par les yeux de Bournonville»,était consacrée à la danse française telle qu’Auguste Vestris (1760-1842), fameux danseur et professeur de la fin du XVIIIe siècle, l’a enseignée à l’Opéra de Paris à Auguste Bournonville (1805-1879), de 1824 à 1830. Bournonville l’a transmise fidèlement aux danseurs de l’Opéra Royal de Copenhague et utilisée comme base de son langage chorégraphique dans ses nombreux ballets, dont certains sont toujours au répertoire du Ballet Royal Danois. Guidés par son actuel doyen, Flemming Ryberg, et préparés par leurs répétiteurs respectifs, les élèves venus de différentes villes d’Europe et des Etats-Unis qui se présentaient devant le public de cette Nuit Blanche, ont dansé –en tutus romantiques pour les filles-la presque totalité du divertissement dit «L’Ecole de Danse» formant l’Acte I du ballet de Bournonville: Le Conservatoire, ou une Demande en Mariage. Flemming Ryberg a particulièrement attiré l’attention sur l’importance du langage des épaulements, les pirouettes sur le coup de pied et les jambes tenues «à la hauteur». La musique de Paulli était interprétée avec respect par le pianiste Atanas Kaïchev.
Après cette brillante démonstration, Jean-Guillaume Bart, danseur étoile de l’Opéra de Paris, a établi un bilan de l’apport des Nuits Blanches de la saison, faisant ressortir avec pertinence les qualités spécifiques des pédagogues dont l’enseignement a été présenté lors des diverses séances.
Pour terminer la soirée, certains élèves ayant endossé de ravissants costumes ont dansé des pas de deux ou des soli extraits de chorégraphies de Marius Petipa, Auguste Bournonville, Ugo dell’Ara, et Nadejda Loujine.
Avec la participation d’Alexandra Bogdanova (élève privée), Jeanne Baudrier (CNSMDP), Bunmi Bodija (Elmhurst School of Dance, Birmingham), Emma Brest (CRR rue de Madrid), Madeline Ciokajlo-Squire (English National Ballet School), Alexandre Delamare (CNSMDP), Nicole Fedorov (Gelsey Kirkland Academy, New York), Jean-François Gabet (arrtiste), Beth Hooper (élève privée), Elisa Lons (CNSMDP), Hugo Layer (CNSMDP), Diego Mulone (Accademia Nazionale, Rome), Lisen Nilsson (Académie hongroise de danse, Budapest), Alice Petit (CNSMDP), Margaux Quimbel (élève privée), Frey Ruhl (Académie Royale de Danse, Stockholm), Ludovica Serafini (Accademia Nazionale, Rome), Karl Wigle (Académie Royale de Danse, Stockholm)
Les organisateurs tiennent particulièrement à remercier les élèves, professeurs et répétiteurs – qui tous ont travaillé à titre strictement bénévole – ainsi que Micheline CHARAPANOWSKY-CARRANCE et Antoine CARRANCE, propriétaires et directeurs du Centre de danse du Marais, qui, depuis la première Nuit Blanche en novembre 2009, ont gracieusement mis leurs splendides salles de danse datant du XVIIème siècle à la disposition de cette série intitulée Les Grands Pédagogues.
Cécile Coutin

Se vuoi, mandaci un commento:

%d blogger hanno fatto clic su Mi Piace per questo: